J11 2019-07-20 Dannemare Sakskøbing 38 km

Les jours se suivent et ne se ressemblent pas :
Hier on s’est régalés, aujourd’hui on a dégusté !
Le rangement du campement est beaucoup trop long. On démarre qu’il est presque 11h30.

Il fait déjà chaud.
À peine 3,5 km après notre départ nous arrivons en bord de mer, avec plage de sable fin et tout le décor idyllique nécessaire à un arrêt, que les enfants ne manquent pas de nous réclamer.
Va pour un château de sable ! 🦂

Après ce petit break, nous quittons le littoral pour remonter un peu dans les terres. Nous empruntons des pistes de sable fin qui nous donneront chaud et feront mettre le pied à terre à plusieurs reprises.

De très jolis sous bois nous servent de décor pendant quelques kilomètres, lorsque nous les quittons c’est pour retrouver la plaine et ses grands vents. Grands vents que nous aurons de face toute la journée durant.

Pause de midi, critère n°1: être à l’abri du vent.
Critère n°2: se protéger du soleil. Il fait 32°C, ça cogne dur mais le danger du vent est de nous le faire oublier.
Nous ne sommes pas encore à la moitié du trajet prévu que nous sommes déjà épuisés, tout autant que nos gourdes.
Il nous reste encore 10 km à faire lors de notre arrêt au Netto (sorte de lidl), nous sommes vraiment aux bouts de nos forces.

C’est alors que nous décidons d’écourter, il y a un shelter à 3,5 km. C’est là que nous irons passer la nuit.
Arrivés devant la maison, nous allons frapper. Pas de réponse. Dans certains shelters il faut prévenir de son arrivée, dans la plupart des cas, on s’installe que le propriétaire des lieux soit là ou non. La barrière est ouverte, Caro dit que c’est vide et propose l’installation. Jeanfy demande si la maison est vide ou si le propriétaire est absent. De fait, la maison est bel et bien vide. Pas un seul meuble dans cette très grande maison.

Nous allons néanmoins dans le jardin poser les vélos. Il est entretenu, il y a de l’eau, du bois pour faire du feu et la pelouse est tondue, nous en deduisons que le shelter est toujours accessible. De toute façon il est trop tard pour repartir à la recherche d’un autre lieu de bivouac.

Nous sommes agréablement surpris de la réaction des enfants, en particulier Mattis, qui a un côté quelque peu peureux, qui nous « suivent » en totale confiance.

Caro fait le souper et la lessive pendant que Jeanfy monte la tente (ouch les stéréotypes !).

Les bourrasques de vent sont de plus en plus fortes. Jeanfy va voir après un abri, à ce moment le vent prend dans la tente qui s’envole. Ouf, rattrapée de justesse elle n’ira pas loin. Mais Jonas commence à paniquer et ça, on ne veut pas. Les pluies décident que c’est le bon moment pour commencer à tomber… Et ça tombe dru ! Tout est trempé en moins de temps qu’il ne faut pour le dire. Les enfants sont au sec dans la tente, le linge trempe dans la bassine, le vent tombe et il douche.

Pour faire le souper, Caro trouve refuge dans une petite serre qui fuit mais qui a au moins le mérite de préserver la flamme.
Jeanfy et Caro cavalent pour mettre les vélos à l’abri du tarp.

Jonas et Mattis découpent et colorient bien calmement.
Le souper chauffe dans la serre. Ah non. C’est le moment idéal pour tomber à court de gaz dans la bonbonne. Heureusement, nous en avons acheté une deuxième à Odense!
Nous prenons notre repas dans la tente.
Quelques accalmies sont prévues durant la nuit mais probablement de la pluie jusqu’à demain midi.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :